Le site des équipes socio-éducatives

Chiffres et statistiques

Pour consulter les éléments du Rapport 2017 de la Fondation Abbé Pierre sur le mal-logement :
- La synthèse du rapport 2017
- Les chiffres du mal-logement
- 15 idées de la Fondation Abbé Pierre contre la crise du mal-logement
- Le tableau de bord du suivi des politiques du logement

900 000 logements manquants, dont une majorité de logements à loyers accessibles, notamment dans les grandes agglomérations. (source : Insee)

1,2 millions de demandeurs de logements sociaux en attente. (Source : Insee)

Les prix du logement

Le loyer moyen d’un logement privé est en moyenne 1,5 fois supérieur à celui d’un logement HLM.
Dans une agglomération de moins de 20 000 habitants, le niveau de loyer augmente de 32% entre le secteur HLM et le secteur privé.
L’écart de loyer atteint 120% dans l’agglomération parisienne.
Source : Rapport 2011 de la Fondation Abbé Pierre

Entre 1998 et 2008, les loyers ont augmenté en moyenne de 40 %, les prix de vente des habitations de 140 %. Pour accéder aux mêmes logements que leurs parents, les jeunes doivent réduire leur niveau de vie et consacrer une partie plus importante de leur budget au logement. (Source : Observatoire des inégalités, mars 2009)

Le prix du mètre carré mensuel s’établit à 12,40€ en France, mais à 8,20€ à Saint-Etienne ou 8, 50€ à Brest, contre 22,40€ à Paris.

En moyenne 20% plus chers, les meublés poussent tous les loyers à la hausse, et, à Paris, atteignent couramment 30€ le mètre carré mensuel, pour les petites surfaces.

49,5% des locataires du parc privé ont moins de 30 ans.

La difficulté des Français, notamment les jeunes et les ménages modestes, à se loger, s’explique également par la bien faible progression, depuis un quart de siècle, du nombre de logements à louer. La démographie plutôt dynamique et la multiplication des divorces ont entraîné un accroissement de 7 millions du nombre de foyers, en France, dans la même période, soit l’équivalent de la population des Pays-Bas.

Sous l’impulsion des pouvoirs publics et de la loi SRU, le patrimoine du parc social est passé de 3,5 à 5 millions de logements et accueille aujourd’hui 18% de la population, contre 16% il y a 25 ans.

Source : Le Monde

Logement social

Source : Rapport 2011 de la Fondation Abbé Pierre

En 2009, 1 230 000 demandes étaient enregistrées dans le ficher du Numéro unique (hors demandes de mutation).

Les logements PLS sont des logements sociaux qui restent trop chers pour les ménages les plus modestes. Or l’augmentation du nombre de logements sociaux financés entre 2000 et 2010 est est due à 46% aux PLS.

Les logements à loyer "très social", bien qu’orientés à la hausse depuis 2006, ne représentent que 9% de l’ensemble des logements à loyers maîtrisés en 2009.

Logements vacants

Source : Rapport 2011 de la Fondation Abbé Pierre

Près de 2 millions de logements vacants en 2008.

Depuis la loi du 29 juillet 1998, il existe une taxe sur les logements vacants qui s’applique dans 8 agglomérations de France (Paris, Lyon, Lille, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Nice, et Cannes-Grasse-Antibes).

Expulsions locatives

En 2009, le nombre des décisions de justice prononçant l’expulsion atteint un record historique avec 107 000 ménages qui sont désormais menacés de se retrouver à la rue suite à la résiliation de leur bail.
Le nombre d’expulsions manu militari, supérieur à 10 000 depuis 2005, a augmenté de 79% au cours de la dernière décennie.
Source : Rapport 2011 de la Fondation Abbé Pierre

480 000 ménages en impayés de loyer en 2006, contre 289000 en 2002. (source : Insee)

Part des impayés de plus de trois mois dans les logements sociaux :
passe de 5,4% à 6,7% de 2008 à 2010.
Record battu pour les expulsions en 2009 : 106 938 décisions de justice, dont 10599 expulsions avec concours de la force publique
Augmentation de plus d’un tiers en dix ans…
Plus de 10 000 expulsions par la police entre 2000 et 2009.
Doublement du nombre d’expulsions sur la période.
(Source : ministères de la Justice et de l’Intérieur)

L’hébergement d’urgence

Les jeunes de 18 à 24 ans représentent 20% des personnes ayant sollicité le 115 en 2010 (échantillon 15 département).
(Source : FNARS, avril 2011)

L’accueil des sans-abri est une obligation légale de l’Etat.
Mais…
Le Samu social ferme 5 000 places à Paris.
Il en manque plus de 13 000 en Ile-de-France.

- 133 000 personnes sans domicile (source : Insee)
- 2 appels au 115 sur 3 restent sans réponse (source : Fnars, juillet 2011)
- 400 personnes mortes à la rue en 2010 (source : collectif des Morts de la Rue)
- Un tiers de SDF souffre de problèmes "psychiques" (source : enquête Samenta du Samu Social)
- 52 478 demandeurs d’asile en 2010, pour seulement 21 308 places en Centres d’accueil pour demandeurs d’asile (source : données ministérielles)

282 000 adultes de plus de 25 ans sont contraints de revenir vivre chez leurs parents ou grand-parents parce qu’ils n’ont pas les moyens d’accéder à un logement autonome. (Source : Insee 2006)

Près d’un appel sur deux (49%) au numéro du Samusocial n’a pas abouti à une solution d’hébergement en décembre 2011, par manque de place. Source : le Parisien, 30 janvier 2012

Logement des jeunes

22,5 ans est l’âge médian d’entrée dans un logement autonome.

29% des jeunes se plaignent d’occuper un logement trop petit, autant ont du mal à chauffer leur habitation faute de moyens, et 17% ont des retards de paiement.

11% seulement des locataires HLM sont des jeunes.
52% des jeunes sont logés dans le parc privé, beaucoup plus cher.
12% sont propriétaires de leur logement.

62,4% des ménages de moins de 25 ans bénéficient d’une aide au logement.

Logement des étudiants

1/3 des 2,2 millions d’étudiants vivent encore chez leurs parents.
Le logement constitue la première dépense des étudiants et représente 50% de leur budget.
(Source : Observatoire de la vie étudiante)

Loi SRU

Solidarité et Renouvellement Urbain

La loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains, couramment appelée loi SRU, est un texte qui a modifié en profondeur le droit de l’urbanisme et du logement en France. Adoptée sous le gouvernement de Lionel Jospin, elle a été publiée au Journal officiel du 14 décembre 2000.

Son article le plus notoire est l’article 55, qui impose aux villes de disposer d’au moins 20 % de logements sociaux.

44 % des communes d’Ile-de-France (83 sur 181) ne respectent pas la loi SRU et son objectif de 20 % de logements sociaux pour la période 2005-2007, selon le comité régional de l’habitat. 77 communes sur ces 83 pourraient payer une amende majorée après un arrêté « de carence ». La majoration de l’amende à payer dépend de l’écart entre le nombre de logements sociaux effectivement construits et le nombre de logements qui auraient dû l’être.
Parmi les communes les plus hors-la-loi se trouvent Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) (48,8 %, soit 378 construits sur 774 demandés), Le Raincy (Seine-Saint-Denis) (26,7 %) et Lésigny (Seine-et-Marne).

Loi DALO

Droit Au Logement Opposable

206 008 recours déposés
68 368 ménages reconnus prioritaires
dont 18 718 ménages non relogés au-delà des délais légaux
Source : Comité national de suivi Dalo, fin décembre 2010

En décembre 2010, 59% des locataires prioritaires n’étaient toujours pas relogés. La proportion monte à 70% en Ile-de-France.
34 000 ménages attendent une proposition de relogement.
L’Insee recense 2,12 millions de logements vides en 2010

Réagir à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.