Le site des équipes socio-éducatives

Laïcité

La laïcité est la modalité française de mise en oeuvre de la valeur universelle qu’est la liberté de conscience.
Pour garantir cette liberté de conscience, la France a établit en 1905 une séparation des Églises et de l’État, et érigé en principe la neutralité de l’État dans un objectif d’égalité républicaine.
La laïcité est un outil nécessaire (mais certes pas suffisant) pour l’émancipation des individus.

JPEG - 14.2 ko
Les caractéristiques de la société laïque française sont les suivantes :
- L’État garantit la liberté de culte et garantit qu’aucune opinion n’est placée au-dessus des autres (religion, athéisme, agnosticisme ou libre-pensée)
- Les manifestations religieuses (comme toutes autres manifestations d’opinions personnelles) doivent respecter l’ordre public

À travers la laïcisation de la société, il ne s’agit pas pour la République d’interdire aux individus d’avoir des croyances, mais d’empêcher aux appareils religieux d’avoir une influence sur l’exercice du pouvoir politique et administratif.
Les idées spirituelles et philosophiques sont renvoyées au domaine exclusif de la conscience individuelle et à la liberté d’opinion.

Une question éthique

Extrait de « Dévoilements », de Pierre Tevanian :
Il existe des différends profonds, qui concernent notamment :
- L’interdiction et l’interdit : dans quelles mesures et sous quelles conditions l’interdiction et la sanction peuvent-elles être pédagogiques ?
- L’émancipation : peut-on libérer quelqu’un contre son gré ?
- Le rapport à l’autre et à sa liberté : jusqu’où peut-on considérer l’autre comme un être aliéné, en attente d’un tuteur bienveillant.
- Le rapport entre morale et politique : la fin peut-elle justifier les moyens ?
- La religion en général, l’islam en particulier
- Et surtout la jeunesse issue des classes populaires et de l’immigration post-coloniale

Qu’est-ce que la laïcité ?

Extrait du rapport Tuot au Premier ministre, février 2013 :
La laïcité n’est pas une condamnation de la religion, ou une interdiction, elle est avant tout l’affirmation la plus nette de la liberté.
- Liberté de croyance, sans laquelle aucun état n’est digne du nom de démocratie ou de république
- Liberté de culte, dans toutes ses dimensions : privée et publique, individuelle et collective, avec un clergé ou de doctes initiés
- Liberté corrélative, de même valeur, de ne pas croire, donc de ne pas participer au culte
- Liberté de clamer sa foi et de tenter d’y rallier autrui (encore que si les dieux existent, la nécessité pour eux de recourir à des rabatteurs rend perplexe quant à la portée de leur toute puissance...)
- Liberté de critiquer, et de juger la religion d’autrui
La liberté est un risque permanent, il n’y a que les dictatures qui soient confortables.

Réagir à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.