Les autres nous inspirent (idées d’ailleurs)

Ciné-débat

Il existe énormément de films documentaires sur des sujets de société… Profitez-en ! Voici quelques idées :

- "10è chambre, instants d’audiences", de Raymond Depardon
- "Cleveland contre Wall-Street", de Jean-Stéphane Bron
- "De mémoire d’ouvriers" de Gilles Perret
- "Disparaissez les ouvriers !" de Christine Thépénier et Jean-François Priester
- "Grandpuits et petites victoires" d’Olivier Azam
- "Into eternity" de Michaël Madsen
- "Le cauchemar de Darwin" d’Hubert Sauper
- "Les Conti" de Philippe Clatot
- "Mains brunes sur la ville" de Bernard Richard
- "Mémoires d’un saccage" de Fernando E. Solanas
- "No Man’s Land" de Davis Tanovic
- "Nous, Princesse de Clèves" de Régis Sauder
- "On est là" de Luc Decaster
- "S21, la machine de mort Khmer rouge" de Rithy Pahn
- "Tahrir, place de la Libération" de Stefano Savona
- "Tous au Larzac" de Christian Rouaud
- "Vol spécial" de Fernand Melgar
- "We feed the world, le marché de la faim" d’Erwin Wagenhofer

Le site "Les écrans du social" répertorie un grand nombre de films et de documentaires !

Et d’autres idées ci-dessous :
- « Obsolescence programmée »
- « Solutions locales pour un désordre global » => altermondialisme
- « Indices », de Vincent Glenn => richesse / richesses
- « Water makes money », de Leslie Franke et Herdolor Lorenz => l’eau : bien commun ou marchandise ?
- « Le jeu de la mort », de Christophe Nick => jusqu’ou va notre obéissance ?
- « Green », de Patrick Rouxel => déforestation et agro-business
- « Le temps de cerveau disponible », de Jean-Robert Viallet => la télévision nous rend-elle mauvais ?
- « La mise à mort du travail », de Jean-Robert Viallet => quelle relation entre les actionnaires et le stress au travail ?
- « Let’s make money », d’Erwin Wagenhoffer => que font les banques avec notre argent ?
- « Chomsky et Cie », de Daniel Mermet et Olivier Azan => le formatage de l’opinion publique
- « Entre les murs », de Laurent Cantet => transmission, mission impossible ?
- « Le monde selon Monsanto », de Marie Monique Robin => les OGM, notre poison quotidien ?
- « La fabrique des sentiments », de Jean-Marc Moutout => sommes-nous prisonniers de l’ultramoderne solitude ?
- « J’ai très mal au travail », de Jean-Michel Carré

Service civique

Le service civique a été créé par la loi du 10 mars 2010 et vise à renforcer la cohésion nationale et la mixité sociale.
Le service civique s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans révolus, et issus de toutes origines et milieux culturels. Il doit leur permettre de s’engager au service d’une mission d’intérêt général (solidarité, santé, éducation pour tous, culture et loisirs, sports, environnement, citoyenneté, développement international, et intervention d’urgence) dans une association, une collectivité locale ou un établissement public. Le service civique n’est ni un dispositif d’insertion ni un emploi aidé. Ce dispositif, dont l’un des objectifs est la promotion de l’engagement des jeunes, est activement soutenu et valorisé par l’Agence nationale du Service Civique.
Durée : de 6 à 12 mois
Indemnités : 442€ nets par mois pour le volontaire, à la charge de l’Agence du service civique + 100€ par mois pour la prise en charge des frais de vie du volontaire.
Temps de travail : entre 26 et 35 heures hebdomadaires. Travail le week-end ou en soirée ponctuellement possible.
Formation : le-la volontaire bénéficie d’une formation civique et citoyenne dont le référentiel est conçu par l’Agence du service civique.
Accompagnement : du fait de son statut, le-la volontaire sera accompagné-e par un tuteur qui assurera son suivi individualisé, un bilan et, si le jeune le demande, un accompagnement pour la réalisation de ses missions et projets d’avenir.
Hébergement : le-la volontaire devra assurer son hébergement. Si la structure d’accueil a la possibilité d’apporter un hébergement à la personne en Service civique, cela peut permettre le recrutement d’un jeune non-francilien.
Contrat : le service civique s’appuie sur une convention de mise à disposition entre la structure d’accueil et la structure coordinatrice, et sur un contrat entre la structure coordinatrice et le jeune.

Économie sociale et solidaire

Qu’est-ce que l’économie sociale et solidaire (ESS) ?

Ce sont des entreprises responsables se distinguent par leur mode d’organisation et leur finalité.
Elles ont établi depuis plus d’un siècle des règles originales :
- elles rassemblent des personnes motivées par la mise en œuvre d’un projet,
- elles concilient intérêt collectif et activités économiques
- elles intègrent dans leur organisation et leur fonctionnement les notions de démocratie, innovation et développement durable.

Ces entreprises sont les coopératives, les mutuelles, les associations, les structures de l’insertion par l’activité économique, les fondations...

Elles sont présentes sur tous les secteurs d’activités, de la banque à la culture, en passant par le commerce équitable.