Les incontournables (pour creuser plus loin et savoir s’orienter)

En 2012, le Conseil régional propose à plusieurs reprises des formations gratuites de 4 jours sur le thème de la lutte contre les discriminations.
Télécharger le programme et toutes les infos

Associations ressources / SEXISME

Ni putes ni soumises

Pour l’instant l’association est hébergée dans les locaux de SOS Racisme dans le 19ème.
http://www.npns.fr/

JPEG - 7 ko

Centre ressource Hubertine Auclert

Le Centre Hubertine Auclert est un un espace d’information et d’expertise dont l’objectif est de promouvoir une culture de l’égalité entre femmes et hommes.
http://www.centre-hubertine-auclert.fr

Le sexisme au quotidien

Un site à la fois drôle et tragique…. http://viedemeuf.blogspot.com/
JPEG - 5.6 ko
Viedemeuf, c’est le blog ouvert par Osez le féminisme pour mettre en lumière les inégalités femmes - hommes qui persistent dans notre société. L’objectif de ce blog est de rendre visible le sexisme ordinaire pour montrer l’importance d’être - encore aujourd’hui - féministe !

Association femmes relais (Paris XXè)

71, rue des Amandiers 75020 Paris 01 44 62 93 92
Association basée, et agissant principalement, à Paris XXème.
Contacts et présentation ici

Association Du côté des femmes (Val d’Oise)

  • Mettre à disposition des femmes les moyens de leur autonomie
  • Agir comme force de réflexion et d’interpellation à partir de la parole des femmes
  • Défendre et accompagner les femmes victimes de violences et leurs enfants.
    http://www.ducotedesfemmes.asso.fr/

GIF - 3.6 ko

L’amicale du nid

L’association L’amicale du nid développe la prévention, le contact, l’accueil, l’accompagnement auprès des personnes en situation, ayant connu ou en danger de prostitution.
Des intervenants de l’association peuvent venir parler avec les résidents des relations hommes-femmes, de la santé, de la sexualité, etc.
http://www.amicaledunid.org/

La question de la mixité

Magali Bacou en sociologie sur les « parcours sexués dans les métiers de l’animation en accueil de loisirs ».
Sa thèse est de dire que la mixité dans les équipes de travail est survalorisée. « Tout le monde est unanime sur sa nécessité sans avoir forcément réfléchi au préalable sur son bien-fondé et ses objectifs. » Elle donne les 3 arguments principaux avancés pour légitimer la mixité dans l’animation :
- Le principal discours est celui de la complémentarité naturelle des sexes : idée qu’à chaque genre féminin ou masculin sont associées des pratiques féminines ou masculines. Idée d’une complémentarité des sexes nécessaire pour l’épanouissement de l’enfant. Dans le même ordre d’idée, cette mixité permet un meilleur travail d’équipe (préjugé selon lequel les espaces de travail seraient conflictuels et que la présence d’un homme permettrait de les pacifier).
- Type de discours plus intéressant : celui de l’exemplarité, montrer aux enfants et aux jeunes que les femmes et les hommes sont égaux car ils font le même travail.
- Argument plus stratégique sur la reconnaissance d’un statut professionnel et l’amélioration des conditions de travail. Constatant une moindre reconnaissance des métiers très féminisés, l’argument présenté est que la présence d’hommes engendrerait une meilleure reconnaissance professionnelle.

Si la mixité n’est pas « pensée », elle risque de renforcer les stéréotypes. Il y une urgence à repenser une place éducative de la mixité. La mixité pensée, c’est une mixité accompagnée. Mettre en présence des filles et des garçons ne suffit pas à faire la mixité. À partir d’une situation mixte, il faut justement penser que les stéréotypes sont à l’oeuvre et les questionner.

Source : apéro-débat organisé par la CRAJEP sur le thème de la mixité, le 9 mars 2012

Associations ressources / HOMOPHOBIE

PNG - 80.2 ko

SOS Homophobie

Association nationale de lutte contre la lesbophobie, la gayphonie, la biphobie et la transphobie
http://www.sos-homophobie.org
Ligne d’écoute anonyme : 0810 108 135 ou 01.48.06.42.41
Du lundi au vendredi 18h - 22h, le samedi de 14h à 16h et le dimanche de 18h à 20h.
Face à la montée des violences et des agressions de LGBTphobies, et dans le contexte de l’approche des législatives, SOS Homophobie lance sa nouvelle campagne via le #LibreDe !
Toutes les infos ici !
Téléchargez le Guide pratique contre l’homophobie ou consultez la version plus récente mais seulement en ligne ici
Télécharger le Rapport annuel 2017 sur l’homophobie ici

C’est comme ça

Pour les jeunes lesbiennes, gays, bi, trans & curieux.
Un site réalisé par SOS Homophobie , spécialement pour les jeunes qui découvrent leur homosexualité.
http://www.cestcommeca.net/

PNG - 40.5 ko

Le Refuge

Agir contre l’isolement des jeunes, contre le mal-être des jeunes victimes d’homophobie & transphobie
http://www.le-refuge.org/

David et Jonathan

Mouvement homosexuel chrétien
http://www.davidetjonathan.com/

Hommes, femmes, et emploi

Le début des années 1960 marque un tournant dans l’histoire du travail des femmes, le taux d’activité de ces dernières amorçant alors une progression rapide :
- En France, pour les femmes de 25 à 49 ans, il est passé de 59,9% en 1975 à 82,3 en 2006.
- Le nombre de femmes actives a doublé entre 1962 et 1999, passant de 6,6 millions à 12,2 millions.
Cependant, hommes et femmes continuent à ne pas exercer les mêmes métiers.

Des formations...

Concernant la formation, la meilleure réussite scolaire des filles se confirme aujourd’hui, et se traduit notamment au niveau de l’accès à l’enseignement supérieur :
- Les femmes sont majoritaires parmi les titulaires du baccalauréat (53% en 2006), ainsi qu’à l’université (56,6%).
- L’observation des filières d’enseignement supérieur révèle le maintien d’une différenciation sexuée des cursus, avec, aux extrêmes, les lettres, les arts et les sciences humaines à dominante féminine, et les sciences et les techniques à dominante masculine.
Dans toutes les filières universitaires, les femmes sont proportionnellement moins nombreuses au fur et à mesure que l’on avance dans la formation.

... et des métiers différenciés

La grande majorité de la population active féminine (78,9%) est concentrée dans cinq secteurs d’activité : éducation, santé et action sociale, commerce, administrations, services aux particuliers et aux entreprises.
Ce phénomène est couramment qualifié de ségrégation horizontale du marché du travail.
D’autres secteurs, à l’inverse, sont très fortement masculinisés, par exemple dans l’industrie, notamment automobile (82,5% d’hommes), des biens d’équipement (80,6%), de construction (90,4%) et du transport (76,7%).
Source : Insee, enquête emploi 2006